On parle de nous sur Café Vert Podcast !

Découvrez nos valeurs à travers une discussion entre amis, autour d’un bon café. Au programme : tourisme durable, aménagement de l’industrie touristique post-covid et réflexions autour de la valorisation patrimoniale des zones rurales.

L’écotourisme est défini par l’OMT comme une forme de voyage responsable visant à préserver la biodiversité et les ressources culturelles d’une zone naturelle. En dehors de l’ aspect éducatif, cette forme de tourisme met en valeur un patrimoine ordinaire tangible et intangible diffus dans nos belles régions françaises. Mis en lumière par des circonstances exceptionnelles, il n’est pourtant pas nouveau puisqu’il naît à l’époque gréco-romaine. Les villégiatures étaient prisées par l’ensemble du monde politique, qui préférait sortir des grands pôles urbains afin de prendre du recul sur les décisions concernant la cité.

Aujourd’hui, dans un monde de plus en plus digitalisé, cette envie de se mettre au vert ressurgît. L’expérience et l’authenticité des activités en zone rurale deviennent des atouts pour se différencier dans une offre touristique mature. Les acteurs du loisirs, sport, de la culture et du tourisme l’ont bien compris. Ces derniers se rassemblent aujourd’hui pour créer une offre différente, qualitative et sensée.

Le tourisme ou les excursions en milieu rural, parfois assimilé au Slow-tourisme (ralentissement général de manière à savourer, mieux profiter de l’instant), présente divers avantages et s’inscrivent dans une démarche tournée vers l’avenir pour différentes raisons.

L’aspect éducatif y est bien sûr primordial : apprendre à s’occuper, apprendre à vivre sans moyens de transports en communs. L’apprentissage de l’utilisation de la terre, mise en avant par des activités autour de l’œnologie et de l’agriculture répand une vision plus douce de l’agriculture et peut donner envie de réinvestir des villages parfois isolés.

Le manger local y est mis à l’honneur ! Faire du tourisme rural, c’est aussi en soutenir les acteurs. Les artisans et agriculteurs qui ouvrent leur porte aux touristes, brisent les intermédiaires (chaînes de distribution) et ainsi proposent une solution directe pour une meilleur redistribution des ressources.

Le touriste de demain, devient un hôte, un visiteur. Il ne veut plus s’inscrire dans une industrie de masse aseptisée. Les activités qui composent le tourisme rural sont uniques, tout comme ses habitants. Selon le territoire et ses aménités, l’expérience est toujours différente et personnalisée. Chacun y est accueilli selon sa forme physique et mentale.

L’écotourisme, dans sa globalité évolue actuellement grâce à la mobilisation des acteurs publics et privés des territoires, mais aussi grâce à l’envie des touristes de retrouver un sens à leurs voyages. C’est aussi s’inscrire dans une dynamique soutenable et sensée. Découvrez plus en détail toutes nos idées, nos ambitions et nos valeurs dans le Podcast #9 Café Vert sur votre plateforme préférée.


Tourisme et handicap, des opportunités pour tous

A l’heure où l’équité fait débat et dans le contexte de la crise sanitaire, le tourisme cherche à se réinventer. En effet, à ses débuts, le secteur touristique proposait une offre à destination du plus grand nombre, en oubliant bien trop souvent les minorités qu’elles soient valides ou non valides. Aujourd’hui, et avec les progrès sociaux et technologiques, on va chercher à proposer des offres de loisirs et de tourisme beaucoup plus personnalisées, qui se recentrent autour de l’individu en soi. Cependant, malgré les efforts, ces offres restent encore beaucoup trop souvent exclusives pour les personnes handicapées ou désavantagées.

C’est pour en savoir plus sur cette problématique que nous avons décidé de réaliser une étude sur le sujet, menée entre Janvier et Mars en France et destinées non seulement aux personnes handicapées et désavantagées, mais également aux parents d’enfants avec des handicaps visibles ou non visibles. Sur le groupe d’individus interrogés, 50% sont actifs et 22,2% sont étudiants, ce qui fait donc de notre échantillon un groupe individus majoritairement entre 18 et 60 ans. Sur cet échantillon, 65,2% sont porteurs de handicaps.

Parmi tous ces individus, 84,2% sont partis en vacances cette année dont 50% ont pu partir deux fois, ce qui en fait une part non négligeable de la population touristique. De plus, 57,9% partent en voiture, ce fait d’eux des voyageurs plus enclins à partir dans des destinations touristiques françaises ou européennes proches. Cependant, 57,9% des participants interrogés affirment que les vacances peuvent être des sources de stress pour des raisons diverses telles que la peur d’être bloqué quelque part, malade, ou bien le manque d’équipement et d’accessibilité sur le lieu de séjour. Ces résultats mettent en lumière une triste réalité, car malgré la loi Accessibilité Handicap de 2005, beaucoup d’endroit restent inaccessibles aux personnes porteuses de divers handicaps, tout particulièrement ceux qui sont non visibles et donc pas forcément détectables par les personnels d’accueils du secteur.

52,7% des répondants partent entre 3 et 7 jours, tandis que 42,1% d’entre eux partent entre 7 et 14 jours. Ainsi, les participants favorisent les longs séjours, et représentent ainsi des clients potentiels qu’il ne faut pas négliger dans la production des offres touristiques.

De plus, avec les progrès de la technologie et Internet, 68,4% préparent eux-mêmes leur vacances sans passer par des professionnels ou une association, et cette même part des interrogés préparent ces mêmes vacances quelques semaines avant le départ. Malheureusement, 88,9% d’entre eux pensent qu’il est plus dur pour une personne handicapée de partir en vacances, notamment seule, car il est difficile de trouver des espaces d’accueil adaptés. 53,7% trouvent des espaces d’accueil adaptés dans des hébergements payants, mais seulement 43,8% trouvent des chambres adaptées, car bien souvent celles-ci sont trop petites pour faire circuler un fauteuil par exemple, ou les douches sont trop glissantes.

Lire la suite « Tourisme et handicap, des opportunités pour tous »